.
 
 
.

Comment peut- on être Persan ? »  demandait déjà Montesquieu au 17eme siècle, dans son ouvrage fameux sur le relativisme des coutumes et des croyances et donc sur la tolérance. Personnellement j'adore les chiens et j'en ai eu plus de douze au cours des trente dernières années. Je les ai toujours éduqués à être sociables envers leurs congénères. Je suis contre la vivisection et la cruauté envers les animaux. Comme photographe je refuse les photos de nature ou de vie sauvage « composées ».

Les Afghans à la différence d'autres populations des pays voisins aiment les chiens. Ceux-ci font partie de la vie rurale et nomade et les chiens Koochie (du nom de la tribu nomade) sont célèbres dans tout le pays. Les combats de chiens sont une tradition en Afghanistan (ce qui ne justifie rien). Dès que le temps fraîchit tous les vendredi matins, des milliers d'Afghans se rassemblent à Charman-e-Babrak pour quelques heures pour observer et parfois parier sur des affrontements entre chiens mâles. Ce sont des bêtes magnifiques de type Molosse.

Les combats sont basés sur l'instinct territorial des mâles qui, comme dans la plupart des espèces ne supportent pas la trop grande proximité d'un rival de même sexe. Les chiens sautent l'un sur l'autre et s'attrapent mutuellement la fourrure à pleines babines. Les morsures sont rarement profondes. Le sang coule parfois mais rarement. Dès qu'un chien en a assez il roule sur le dos ou s'enfuit. Cette soumission est suffisante. Le vainqueur n'achève pas son rival malheureux en l'égorgeant. Ce ne sont pas des combats de gladiateurs ou de coqs. Les maîtres des chiens en sont fiers et ont de l'affection pour eux. Les chiens ne sont pas maltraités et vivent en famille.

Les photos présentées ici sont à comprendre comme un document ethnographique qui décrit comment vit une partie du peuple Afghan. Elles ne prennent pas parti mais visent seulement a informer, a éduquer.

01
02
03
04
05 06 07 08
   
09 10